Pierre-Antoine Capton : « On a un peu merdé sur le scénario »

Capton a fait scénariser la saison du SM Caen

Le Président du Conseil de Surveillance du Stade Malherbe sort de son silence pour livrer les explications à la situation actuelle du club caennais.

Monsieur le Président, que se passe-t-il au SM Caen ?

La situation est comme vous le savez très critique et l’avenir de notre club va se jouer dans les jours qui viennent. Lorsque cet hiver la perspective d’accéder à la Ligue 1 s’est éloignée, je me suis dit que compte-tenu de l’ADN du club il n’était pas envisageable de vivre une fin de saison dépourvue de suspense et donc d’émotions.

Quelles mesures avez-vous alors prises ?

Le football est un sport mais aussi un spectacle. Un spectacle doit être scénarisé et tenir son public en haleine jusqu’au bout. J’ai donc décidé de mettre l’écriture de cette fin de saison entre les mains des meilleurs scénaristes de Mediawan.

Comment cela s’est-il passé ?

Une task force de nos plus belles plumes s’est réunie mi-février lors d’un hackathon de 48heures qui s’est tenu dans le plus grand secret au stade Michel d’Ornano. De nombreuses idées ont été proposées, plusieurs hypothèses ont été lancées et nous avons opté pour le scénario catastrophe qui est une des valeurs sûres de narration dans les fictions cinématographiques.

Vous voulez dire que la longue descente en enfer que nous vivons a été préméditée ?

En effet, nous avons besoin d’émotions pour nous rassembler. Un public qui souffre, qui pleure ensemble, est un public uni par une même passion. Pour cela, j’ai validé les plus osées des propositions de nos créateurs : retour de la défense à 5 , éviction du coach, intronisation d’un second rôle inconnu à la tête de l’équipe, promotion des jeunes talents. Tout cela nous tient en haleine match après match et nous permet de maintenir la flamme allumée, comme dans la plus folle des séries télévisée.

C’est audacieux, mais aujourd’hui le scénario n’est-il pas trop noir, trop indécis ?

Effectivement, beaucoup commencent à dire qu’ils n’arrivent pas à croire ce qu’ils voient. Moi-même, j’ai un peu tiqué sur certains passages comme la double boulette de Weber et Péan face à Sochaux ou le passage de Jeannot dans les buts. On ne va pas se mentir, on était un peu fatigué et on a un peu merdé à la fin du hackaton et certaines pages trop loufoques sont restées accidentellement dans le script.

Que va-t-il se passer maintenant ?

Je ne peux évidemment pas vous révéler la suite car elle risque de vous étonner. Cependant, tout est fait pour reprendre le contrôle des évènements et écrire une fin heureuse. J’espère que tout cela se conclura autour d’un bon verre de vin à la table de C à vous et que nous pourrons en rire joyeusement aux cotés de Babeth Lemoine.

Une sympathique mascotte barbue, cornue et vêtue d’une seyante tunique rouge et bleue. La vraie vie d’un pur Viking doué de talents inattendus qui vous fera partager ses déliriums sur Malherbe et tout le reste. Spécialiste de la pop-culture française des années 70 et 80, Michel-Thor connait par cœur la chanson "Sur des musiques érotiques" d'Herbert Léonard ainsi que son solo de saxophone.