Nancy 2 – Caen 0 : Meurtre en Moselle

D’entrée Nancy a tué le match et les espoirs malherbistes de qualification en ligue des champions. Nan ?
Si !

Appelez ça dieu, le destin, la nature ou la fatalité, toujours est-il qu’il y a comme une puissance supérieure qui se fout sacrement de notre gueule. Le peuple malherbiste a dû faire de sales conneries dans une vie antérieure pour être puni de la sorte. Imaginez donc, deux matchs de suite à Nancy ! Même les allemands, quand ils ont envahi l’est de la France dans les années 1870 ont refusé d’y mettre les pieds, c’est vous dire… Gardons toutefois le sens de la mesure. C’est pas parce qu’on est sur un site où règne le second degré qu’on peut dire n’importe quoi. On se contentera donc d’admettre que Nancy est une sacrée ville de merde et qu’un détenu de Guantanamo préférait y rester encore un an que de passer 4 jours à Nancy. Vous comprendrez pourquoi les joueurs sont revenus à Caen après la défaite en Coupe de la Ligue.

Après, on dit ça, mais ça n’enlève rien à notre sens de la courtoisie.

Un peu d’histoire. Saviez vous que Marcel Picot qui a donné son nom au stade, était chapelier ? Nettement moins connu, son petit frère Michel était un lecteur invétéré. Quand c’était l’heure de diner, la maman des frères Picot hurlait “Marcel, Michel, à table!”. Le seul Marcel descendait de sa chambre.
– Où est ton frère? que lui demande sa mère.
– Michel Picot lit.
Poursuivons dans la culture. Notre  équipe d’historiens a dévoilé que le logo du club était un hommage subtil à la fistinière. Et là ça relève de la prémonition car ça allait être le genre de soirée qui fait mal au cul.

 

Quand tu lis qu’un obscur journaliste de PQR continue de colporter insidieusement de la rumeur vinicole de match arrangé, ça fait mal au cul.

 

Quand Mandanne ouvre le score dès la 6ème minute et que Diarra double la mise avant le quart d’heure de jeu, ça fait mal au cul.

 

Alors du coup, on se dit qu’on va devoir repartir pour un stage intensif chez Gégé Baglin mais ça va si mal en cette première mi-temps que même Gérard a besoin de son côtche mental.

 

Bref, c’était à désespérer …


Ca va un peu mieux en cette fin de rencontre. Malbranque entre à la place de Seube. Faut dire qu’on peut pas laisser l’ancien lyonnais comme ça sur le banc car à cette place Steed il s’lasse (vous l’avez?).

 

l’ASNL n’avait pas gagné à domicile depuis le 6 mai dernier. C’est chose faite… Plaisir d’offrir, joie de recevoir. Quand on vous disait que cette soirée faisait mal au cul.

Bon, c’est mort pour la ligue des champions alors ?

 

Jules Tralande

programmateur musical incompris, papa de la section Kids. Carte d'abonné en Pop B et au Jean Patouche.