Mon match à WAM : PSG – Caen, aucun mort, 6 blessés.

Si l’actualité était lourde dans une autre capitale, c’est bien à Paris que se produisit l’hécatombe. Offrande aux Dieux avant d’affronter Chelsea ou claquages en série de ceux qui ont regardé en face le pied haut d’Ibra, Malherbe en a profité pour ramasser un bon point à la suite d’un hold-up renversant.

Il y avait un petit paquet de tunes à se faire ce samedi en suivant les bons conseils de twittos avertis.

Pour tout avouer, comme on y croit moyen, on cherche dans l’avant-match des raisons d’espérer (ou non) une supériorité bas-normande.

https://twitter.com/ZenonZadkine/status/566613430183153664

Après quatre journée d’enfer, va-t-on passer un autre jour au paradis? Attendez une minute…

https://twitter.com/eddy_fleck/status/566616068396158976

Première occasion, premier but. Ou on l’a mauvaise, ou on est de mauvaise foi.

Dur à encaisser. En plus Cabaye est en forme, un peu trop. Koita aussi.

Un blessé partout, le carnage commence. Victime désignée d’un attentat au football, Sirigu se fait canarder de toutes parts. Sans dommage, malheureusement. Puis, Lavezzi se troue, mais se rattrape et la met au fond pour la Saint-Valentin.

A la mi-temps, Marquinhos, blessé, est remplacé par David Luis. Même à 2-0, on y croit encore. Mais qu’est-ce qu’on se fait ch…

Heureusement que les parisiens nous font marrer, puis carrément halluciner! Matuidi, Aurier et Lucas accompagnés du pauvre Yahia quittent à leur tour le terrain pour l’infirmerie, et l’on assiste à un bien curieux spectacle.

Paris finit à 9 de façon (presque) incompréhensible.

Et Malherbe en profite avec un but de Sala puis un coup-franc de Bazile en deux minutes seulement. Du coup, on s’interroge :

On devient barjots.

Et puis surtout, le Normand est modeste dans le triomphe et bienveillant envers son adversaire du jour.

https://twitter.com/LucieBacon/status/566685903700365313

Désormais outre-Manche on a un supporter de luxe et Nasser n’en croit pas ses yeux.

Finally, zisse is bien résumé :

 

Avatar

Adepte du passement de genre (littéraire) comme des phrases de transition, c'est avec un solide jeu de mots qu'il tentera de vous emporter dans son esprit tourmenté d'exilé.