Mon Caen – Bastia à WAM : t’es Maboulou quoi ?

Les matchs contre Bastia c’est toujours la même chose. Toute la semaine on se dit qu’on va poutriu du corsiu, et au final on est frustriu.

Pourtant tout avait bien commencé. L’anniversaire du MNK organisé aux petits oignons, Titi Deroin sur une estrade, Brahim aux commentaires et Jeff Louis titulaire.

On n’a pas « fav », on aurait p’tet dû.

Rentrée des joueurs, le MNK déploie une superbe banderole mais y a forcément des petits malins pour tritiquer.

Le match démarre fort, Féret est à deux doigts de marquer, Jeff Louis fait parler la poutre, mais Leca (le leur) est solide. Ça faisait un moment qu’on n’avait pas vu autant d’actions en une mi-temps. C’est dire.

 

La deuxième mi-temps commence par une autre banderole du MNK, et y a encore des mecs qui font les malins.

Du côté du jeu, c’est tout de suite beaucoup moins rigolo.

Yannick Cahuzac nous est toujours aussi antipathique mais on ne saurait pas vraiment dire pourquoi …

cahuzac2

L’arbitre ne donnera pas de carton

 

Bon après on peut pas lui en vouloir de donner un peu de piment à la rencontre.

Et puis notre Ronny intervient. A la fin d’un mouvement presque parfait, il ne cadre pas un tir à bout portant. A montrer dans toutes les écoles de stormtroopers.

Et bien sûr tout le monde est tout à conscient qu’à force d’avoir des occasions, de pousser pour ce but qui libérerait d’Ornano, et bien on s’expose au pire. La chance qu’on a c’est que de leur côté aussi les mecs ont du mal à viser.

 

Le match se termine finalement, après une deuxième mi-temps soporifique, un moindre mal au regard de l’action de Fofana.

C’est le genre de match que notre ami Jon aurait détesté.Il aurait gueulé très fort, en engueulant les mecs qui essayaient de défendre l’équipe, il aurait insulté le peuple Corse, et puis l’ours se serait calmé et nous aurait filé sa meilleure recette de hachis parmentier à l’andouillette, parlé avec amour de ses plants de pomme de terre ou de ses meilleurs coins de pêche. Tu vas nous manquer Machin.

Avatar

Quand un membre de notre collectif n'assume décidément pas ses quolibets, il signe au nom de tout le monde.