Mon Guingamp-Caen à WAM : 3 pas EN AVANT, 2 pas en arrière

Ce match c’était un peu comme s’enfiler un plat de tripes à la mode de Caen. Tu sais jamais vraiment si c’était bon ou mauvais. Mais des tripes, on en a retrouvé… un peu.

Bon, vous nous connaissez, on peut pas nous reprocher un manque d’affabilité. Un jour de match, on dit bonjour, on est prévenant et on offre un joli dessin.

Une photo publiée par @wearemalherbe le

 

Il est quand même marrant ce club de Guingamp. Même le nom du stade est drôle. Roudourou ça sonne au mieux comme un bonbon dégueu des années 60 ou au pire comme une position saphique (ou l’inverse). Toujours est-il qu’un jour de match ressemble plus à un congrès de la FNSEA qu’un un match de L1.

 

Et PAN ! Merveilleusement lancé par Julien Féret au terme d’une attaque fulgurante, Ronny Rodelin claque une minasse sous la barre et là tu te dis que Xavier Gravelaine a eu raison de faire les gros yeux…

 

Tu te souviens de cette meuf’ quand t’avais 19 ans? C’était pas la plus belle mais vous étiez bien ensemble. Vous teniez l’un à l’autre et vous vous étiez promis fidélité. Et puis elle est partie pour un autre pas tellement mieux que toi. Ça t’a fait drôle sur le coup le coup mais t’as vite oublié. Même si des fois t’y repenses encore un peu. Et puis ce weekend tu l’as recroisée en boîte. Elle était belle. Mais tu sais pas trop si ça t’a fait mal ou pas, si tu dois être content pour elle ou pas… Bon, tu vois le but de Sorbon? Et bien c’est tout pareil.

 

 

L’égalisation est d’autant plus rageante qu’elle intervient 3 minutes après l’expulsion de Giresse. La ligue songe à créer un carton plus sévère encore que le rouge. Le genre de geste qui fait passer Vinnie Jones pour un poète.

 

 

Bref, on récapitule. On mène 1-0. A 11 contre 10. On se prend un but évitable. Il reste quelques secondes à jouer et là tu te dis qu’il ne peut plus rien nous arriver d’affreux maintenant (réf’inside). Eh bien si, Seube ce héros expulsé (allitération en S, merci d’apprécier)… Le truc est moins fréquent qu’un passage de la comète de Halley.

 

Alors voilà. Est-ce que ça fait un point de gagné ou deux de perdus ? Doit-on se réjouir de ramener un peu d’un déplacement ou rester dubitatif ? C’est un peu frustrant mais on a retrouvé de l’envie, toutes ces choses qui avaient un prix, qui font l’envie de vivre et le désir, et le plaisir aussi, l’envie d’avoir envie.

Avatar

Quand un membre de notre collectif n'assume décidément pas ses quolibets, il signe au nom de tout le monde.