Mon match à WAM. Lorient – Caen, jaune orangé!

Caen n’avait jamais perdu au Moustoir en Ligue 1, le commentateur de beIN avait pourtant bien insisté. La dernière défaite de nos protégés résultait d’une lointaine gourcufferie : un but d’Elie Kroupi, un soir de 2002, en Ligue 2. Mais si, souvenez-vous, le Satya Oblet des années 2000! Avant l’ère des synthétiques, tout ça… Quoique la barbe ne pouvait être naturelle me direz-vous. Bon, bref, on a perdu.

On avait pourtant envoyé avant match nos plus fins observateurs.

C’est donc très confiants, peut-être un peu trop d’ailleurs que l’on se présente à la partie de pêche.

Comme bien souvent, à vouloir noyer le poisson, on ne remonte pas grand chose. Du coup, on s’ennuie un peu.

Bien vu, bien vu. Cependant, ça manque légèrement de péripétie ce match. On le sait, cette saison Malherbe aime les buts mais, mieux encore, ne refuse jamais un petit rouge.

Une petite maladresse de Da Silva donc, Philippe dékalot… Kalt dégaine. En gros, l’arbitre a la merl… berlue, pardon : pour un jaune orangé il voit rouge l’enragé! Caen est une des trois équipes qui commet le moins de faute en Ligue 1 : c’est aussi celle qui les paie le plus cher.

Nan mais moi je suis Rémy et je n'ai pas sifflé penalty!

Nan mais moi je suis Rémy et je n’ai pas sifflé penalty!

 

Pourtant…

Pourtant…

Distribution de tickets à la DDE.

Distribution de tickets resto à la DDE.

https://twitter.com/LucieBacon/status/576831243259523072

1-1 donc, après une première mi-temps en mode ascenseur émotionnel, entre ennui, rage, joie et dépit.

Vint donc ce moment surréaliste où le commentateur oublie d’éteindre son micro et nous fait part de son pari 3-1 sur le match, parce que le 1-3 ça va être vachement compliqué, parce que Kalt il a pas fait preuve de psychologie… La seconde période ne sera franchement pas plus flamboyante. On s’amuse comme on peut.

Sala manque, donc Sala rentre. Puis Alaeddine bégaie son football : “Y a… y a plus la balle!” panique-t-il. Si si, derrière toi…

T'façons mon truc ç'a toujours été l'air guitare...

T’façons mon truc ç’a toujours été l’air guitare…

Un but certes, mais de Jordan Ayew… Nan mais les gars, comment s’en sortir? Façon Tsipras?

Jordan imite le Pape Ayew.

Jordan imite le Pape Ayew.

En face c’est marée basse et l’on sent bien qu’Ayew ou Kroupi, ça revient au même.

Qu’importe, au moins nous serons unanime dans l’analyse de la défaite.

Avatar

Adepte du passement de genre (littéraire) comme des phrases de transition, c'est avec un solide jeu de mots qu'il tentera de vous emporter dans son esprit tourmenté d'exilé.