Mercato 2020 : mon projet à WAM en cinq mesures

Le confinement, la crise économique, l’interruption de Top Chef, on vit vraiment une période difficile et anxiogène. C’est pareil au niveau du SMC, mais pas de panique, le mercato approche et j’ai un projet pour aborder l’avenir sereinement.

C'est notre projet

La situation actuelle

Disons les choses comme elles sont : le club n’a plus une thune !

Début mars, on parlait dans la presse d’un trou de 4 à 6 millions d’euros à combler avant le 30 juin prochain, et ça c’était avant le Coronavirus…

On a brûlé tout le bénéfice de nos meilleures saisons passées, des belles ventes de Delort ou Karamoh et des pourcentages sur les transferts de Lemar ou Kanté… Il ne reste rien !

Les caisses sont vides

Les caisses sont vides, même celles de Costières de Nîmes  !

A l’inverse, l’effectif est pléthorique : en comptant les joueurs sous contrat, ceux qui partent (Diaw, Tell et Avounou), ceux qui reviennent de prêt (Isako, Bammou, Mouaddib, Golitin, Tutu, Joseph et Zahary) et les jeunes de la réserve déjà professionnels (Jabbari, Lepenant), on aborde le mercato avec 34 joueurs sous contrat professionnel…

34 contrats auxquels il faudra ajouter celui de Beka Beka, qui est dans les tuyaux depuis des mois, et ceux des meilleurs espoirs du centre de formation, qui sortent d’une grosse saison en réserve.

Sauf erreur, le foot se joue toujours à onze, si bien qu’en l’état, on sait déjà qu’un tiers de l’effectif ne jouera pas de la saison.

Mise en place tactique

Compliquée cette mise en place tactique avec tous les joueurs pro

Heureusement, j’ai un projet pour le club…

Mon projet à Wam :

 

1ère mesure : on ne recrute personne, même en cas de départ.

Sachant qu’on n’a pas d’argent pour recruter des titulaires solides de L2 et qu’on n’a démontré aucun flair pour dénicher des perles rares, autant éviter de nous rajouter deux ou trois boulets supplémentaires.

Aucun poste à pourvoir

Vous avez envie, vous, qu’on recrute un 2ème Ngom ou un 2ème Isako ?

2ème mesure : on garde Deminguet.

C’est le seul joueur de foot de l’effectif, celui qui donne envie d’aller au stade pour sa technique et sa vista. En plus il est du coin et sous contrat jusqu’en 2023.

✍️ Jessy Deminguet prolonge avec le... - SMC | Stade Malherbe ...

Si on cherche vraiment à faire rentrer de l’argent, autant profiter de l’exposition de Gioacchini et de Zady Sery pour les vendre.

Vaut-il mieux les transférer ou voir Deminguet partir à Brest pour 900 000 euros payables en 5 ans ?

3ème mesure : tout le monde est à vendre.

C’est l’avantage de sortir d’une saison pourrie, aucun joueur n’est indispensable et on n’a pas vraiment peur d’en perdre un, ou deux… ou dix.

Tout doit disparaître

Ça aura le mérite de réduire le nombre de contrats professionnels, de resserrer le groupe pro et d’offrir du temps de jeu à tous.

Est-on capable de se passer de Yago, Weber, Jeannot ? La question se pose-t-elle vraiment ?

4ème mesure : on mise sur les jeunes.

Pas besoin de vous faire un dessin, la formation, c’est l’ADN du club, la réserve a fait une saison fantastique, nos jeunes sont courtisés partout… bref, on mise à fond sur eux.

Les jeunes du SMC

On aura sans doute une ou deux bonnes surprises, comme pour Gioacchini et Vandermersch, en qui on avait tellement peu cru au départ qu’on ne leur avait pas proposé de contrat pro…

Qui sera la révélation 2020-2021 ? Beka Beka ?

5ème mesure : on annonce des objectifs raisonnables.

On annonce des objectifs raisonnables : décrocher le maintien le plus tôt possible, retrouver une qualité de jeu, sortir des jeunes du centre de formation…

Evidemment, on envoie au bûcher toute personne du club qui annonce viser la montée ou la 5ème place.

En plus, une dizaine de contrats professionnels se termineront en 2021, de sorte que le club retrouvera alors de la marge de manœuvre et que les joueurs concernés ont tout intérêt à se montrer performants s’ils veulent retrouver un contrat pro.

Autant profiter de cette saison de transition pour poser les bases de nos succès futurs, avec des jeunes qui auront gagné en expérience.

Il n’est pas beau notre projet à Wam ?!

Notre Projet

Avatar

Un auteur amoureux du SMC depuis son plus jeune âge. Des loges au kop, il y a un monde. Entre les loges et le kop, il y a surtout du monde. Plein de monde. Dont moi, qui ne suis les matchs ni en loge, ni dans le kop. J'apporte ma modeste contribution à l’édifice, de mon col blanc chez les rouge et bleu, sans écharpe… ni cravate.