Nicholas Gioacchini, made in United States of Jamaïtaly

Age : 19 ans. Le bug de l’an 2000. Le but de l’an 2020.

Surnom : Niko pour les intimes. Gnocchi pour les débutants en italien. ‘Gio pour les fainéants.

Késako ? Buteur pivot recruté au printemps 2018 par la crème des attaquants : Gravelaine, Cavéglia, Garande. Le petit est donc en quelque sorte le plus jeune vestige du passé du SM Caen.

L’homme qui murmurait à l’oreille des crampons.

Nicholas, déjà, a un beau prénom. Et comme l’original était déjà pris, il a rajouté un H. Élégant le gamin avec ça.

Né aux « States » d’un père italien et d’une mère jamaïcaine. Il aurait pu faire du rodéo sur une pizza, du football avec un burger, il opte pour fumer les défenses adverses. Et il a fini soldat de Dupraz. A quoi ça tient la vie ?

A 8 ans il quitte le continent américain pour l’Italie, y retourne quelques années, avant de se pointer à 15 ans au Paris FC. Un vrai goal trotter. Allez savoir comment il finit en Normandie ? Parfois il n’y a pas de logique. C’est juste le destin.

Peut-être encore un peu léger comme joueur, cela dit. Pas encore pris toute sa dimension certainement…

Le destin ça serait aussi de resigner cette saison pour découvrir la ligue 1 avec nous. C’est ce qu’il faut aux tout petits pour une croissance saine. Mon tout petit petit Gioacchini :

Je sais que c’est pas toujours audible, désolée, mais on finira quand même en chansons : Niko, Tu es Born in the USA, mais moi Je t’aime à l’italienne. Initials NG ? Forcément un crack.

Avatar

Poussée à l’exil avec son petit âne après avoir été écartée du club très fermé des mascottes caennaises, la Caencaneuse n’oublie pas pour autant son club, son amour, son fardeau. Loin de nos contrées normandes, elle a toujours quelque chose à dire à qui voudra bien l’entendre.

One Ping

  1. Pingback: Real viagra online