Allocution présidentielle de Nicolas Seube

Mesdames, messieurs, peuple malherbiste, votre attention SVP : notre cher président Nicolas Seube Sa Majesté Ce Héros va démarrer son allocution pour la nouvelle année.

Mes chers compatriotes, chers amis au coeur de deux couleurs,

 

je viens devant vous comme à chaque début d’année pour vous adresser mes voeux. Mais j’ai conscience que cette année 2038 est particulière… Depuis quinze ans, depuis que vous m’avez fait l’honneur de m’élire démocratiquement à la tête du Stade Malherbe Caen en l’an 2023, nous avons vécu les plus belles épopées, un âge d’or pour notre club.

 

Nos six titres de champions de France, nos quatre coupes nationales, et nos deux finales de ligue des Champions, ont démontré que nous avions acquis un nouveau statut et laissé loin derrière nous les habituelles craintes de relégation qui faisaient notre quotidien dans les années 90, 2000, 2010… Les plus anciens d’entre nous s’en souviennent.

 

Mais , mais, mais, j’ai conscience qu’à l’heure où je m’exprime, l’inquiétude a fait son retour dans nos rangs. L’heure est grave. Le SM Caen a réalisé sa plus mauvaise première partie de championnat depuis 15 ans. Nous ne comptons que 18 points en ce début d’année. Nous ne sommes que trop près de la zone de relégation et j’entends votre mécontentement monter. Je l’entends bien résonner à d’Ornano.

 

Néanmoins, j’aimerais vous adresser ce message : parole de Ce Héros, ne cédons pas à l’abattement ! Il est l’heure de faire preuve de dignité, de courage, d’humilité et de montrer à la France entière les valeurs qui ont fait de nous le plus grand club du pays de la dernière décennie. Inspirons-nous des couleurs que nous avons montrées lors de notre victoire en finale de la Coupe de la ligue de France contre le club de l’En Avant de Rennes fraîchement fusionné dans le but de faire concurrence à la suprématie normande. Nous avons prouvé en soulevant le trophée que les conquérants sont dans nos rangs.

 

Nous pouvons encore réaliser une deuxième partie de saison parfaite pour accrocher une place européenne à la fin. Il faut justement nous inspirer des temps anciens ou avec mes valeureux camarades nous arrachions le maintien dans une lutte âpre à laquelle nous nous pensions condamnés. Mais même dans nos heures les plus sombres, la lumière a parfois jailli. Parmi tous nos recrutements ratés nous avions trouvé N’Golo Kanté. Parmi toutes les purges nous avions fini par trouver un but de Tchokounté. Parmi toutes les frites froides de la buvette nous avions fini par en trouver une chaude.

 

Il faut y croire. Tout est possible. Pour cela, je vous le demande solennellement : ne sifflez-pas vos joueurs. L’heure est grave est l’union sacrée est aujourd’hui nécessaire. Nous savons faire notre autocritique et avons pour cela recruté Pierre Ménès pour nous dire des choses méchantes chaque matin avant l’entrainement.

 

Le rôle du public souverain est désormais de nous soutenir dans les épreuves. Faites-moi confiance. Je suis tellement sûr que nous pourrons de nouveau disputer le titre de ligue 1 l’an prochain que je suis prêt à mettre ma destitution en balance.

 

Je m’engage devant vous.  Convaincu et optimiste.  Je vous invite à suivre cette voie que je trace pour cette nouvelle année. 2038 ne sera pas l’année de la défaite mais la première d’un nouveau cycle.

 

La première dame Caencaneuse et moi-même tenons donc, malgré ce contexte, à vous souhaiter à tous une belle année, pleine d’émotions positives et de routourne !

 

Chers amis, vive la Normandie, vive la Malherbie !

 

 

Avatar

Poussée à l’exil avec son petit âne après avoir été écartée du club très fermé des mascottes caennaises, la Caencaneuse n’oublie pas pour autant son club, son amour, son fardeau. Loin de nos contrées normandes, elle a toujours quelque chose à dire à qui voudra bien l’entendre.