11 septembre 2017

#SMCDFCO : les notes du match

Eh bien voilà, on y est : Malherbe vient d’aligner trois victoires consécutives – Mourousi, si tu nous lis… Après Lille et Metz, c’est Dijon qui fait les frais – c’est chouette ! – du savoir coacher à la Garande. Hum. Une fois n’est pas coutume, fi des fines analyses de la presse sportive spécialisée, c’est ici et rien que là que vous trouverez les notes qu’elles sont les vraies de Caen-Dijon.

  • VERCOUTRE : 7/10 – Certes, il a joué comme un pied avec ses pieds mais il a toujours été à sa main à la main, notamment dans ses tête-à-tête avec les attaquants adverses. Et ce n’est pas Christian cou-à-cou qui me contredira.
  • GUILBERT : 10/10 – Élégant. Disponible. Vif. Besogneux. Inspiré. Bien coiffé. Né à Valognes. What else ?
  • DA SILVA : 8/10 – Excellent dans ses duels, à la relance et dans le placement. Y a pas à dire, c’est quand même autre chose qu’un défenseur d’Amiens, Da Silva !
  • DJIKU : 8/10 – Excellent dans le placement, à la relance et dans ses duels. Y a pas à dire, c’est quand même autre chose qu’un personnage de roman d’Alex Sanders, Djiku !
  • MBENGUE : 8/10 –  Bon ok il a laissé la marque de ses crampons sur la cuisse de Fouad Chafik mais bon, z’avez vu cette niaque et ce talent défensoffensif ?
  • AIT BENNASSER : 8/10 – Y a du potentiel, tant techniquement que dans la vision du jeu. M’est avis qu’on a ferré un bon coup, là.
  • FERET : 6,25/10 – Quelques imprécisions mais de la motivation, pas mal de solutions et donc une partition qui a fait impression : serait-il en train de passer un nouveau cap, Julien ?
  • REPAS : 4/10 – Débuts timidissimes. Pour nous convaincre, il faudra que Jan repasse.
  • BESSAT : 6/10 – Sa bonne entente avec M’Bengue a semblé prometteuse. On l’a beaucoup vu – à moins que ce soient ses horribles chaussures jaune fluo flashy qui aient créé l’illusion…
  • RODELIN : 5/10 – On a retrouvé le Ronny qu’on aime : approximatif, lent, pataud ; il devrait donc marquer lors de la prochaine journée.

  • SANTINI : 7/10 – Ivan ne tombe pas en pan-en-ka de pression – et celle que lui ont mis les Lingons était pourtant stratosphérique !
  • KOUAKOU : 10/10 – Il a dyna-mité/misé le flanc gauche et fut décisif en servant Yembéré sur un plateau – sa première passe décisive vaut de l’or (pas la peine de nous menacinsulter Andy, ce n’est pas de toi qu’on parle).
  • PEETERS : 7/10 – En progrès. Step by steph, Peeters s’affirme.
  • DELAPLACE : 1/10 – Ben y en avait justement pas pour lui sur le terrain samedi soir.
  • IMOROU : 10/10 – Comment ça il n’a pas joué ? Rien à battre. Manu, il a 10 épicétou.
  • GARANDE : 10/10 – L’œil du match. Il a vu encore plus de bonnes choses que d’habitude.

 

Partager :
Tags:

A propos de Graham Risks

Graham Risks

Amateur de foot (Wellbeck, Zola, Raï), de littérature (Houellebecq, Zola) et de musique (raï), aussi inspiré dans le calembour lourd que le pronostic merdique ou l'analyse concise, il a abandonné le Hamburger Artichaut Cheddar au profit du Sandwich Moules Camembert. C'est dire si, dans la vie, Graham risque.

  • Email