Mon Toulouse – Caen à WAM : Match capitole

Antépénultième journée du championnat. Le Stade Malherbe a perdu 6 de ses 8 derniers matchs. Alors on se rassure comme on peut en se disant qu’on est pas relégable mais seulement barragiste, que les deux petits points pris l’ont été à l’extérieur (Nice et Metz), qu’il y a pire que nous. Oui mais voilà, à jouer avec le feu on finit par se brûler… ou s’enflammer un peu. De quoi voir la vi(ll)e en rose ?

Il reste 3 matchs à jouer. 2 en fait. Faut voir si on compte la 38ème journée au Parc des Princes comme un match ou pas. On va pas se mentir, ça semble compromis pour accrocher l’Europa League alors on se contenterait bien du maintien. Et puis le jeu pratiqué par le SMC est un peu lourdaud, tout comme si tu t’étais gavé de confiseries à en éructer : Nougat rot… Forcément, en cette veille de rencontre, ça rend tout le monde un peu fébrile.

Bref, il faudrait claquer l’exploit, un peu comme il y a 10 ans :

Dans une situation si périlleuse, il est bon de savoir qu’on peut compter sur Barack notre gars sur et de gentils messages.

On a même de glorieux anciens qui y vont de leurs encouragements :


Et on le joue pas n’importe où ce match. On va chez les copains de Toulouse. Alors on connait pas l’issue du match mais une chose est sûre, ça se terminera par une poutre ou un poutou.

Sinon, on jouera sans Nico Seube qui a tout de même fait le déplacement là où tout a commencé pour lui. Comme vous nous l’avez dit sur Instawam, un match à Toulouse sans Seube c’est comme Jacquie sans Michel, des frites sans mayo, un kebab sans pain, la L2 sans Le Havre …


Le match débute et y un attaquant toulousain qui nous semble familier. En même temps on a pas trop eu l’occasion de vérifier si c’était lui ou pas tant on l’a pas vu match.

sinon RAS… Sauf cette parade faciale de Remy et s’apercevoir que mine de rien, Juju dispute son 300ème match en L1.


0 à 0 à la mi-temps. Si Vincente a été retrouvé à Toulouse, on se dit que les caennais pourraient bien y retrouver une victoire. 57ème minute. Côté gauche, Bessat temporise, Santini plonge dans la surface, s’étend, s’allonge, se raidit comme ma bi et marque de la tête !

 

Parfois discuté, de notre point de vue, pas de doute : Santini mérite une statue, en tous cas il vaut de l’or.

Le score ne bougera plus. Ca faisait tellement longtemps qu’on avait pas poutré, on savait pas si on en était encore capable, si on savait encore comment ça fonctionne.

Monaco a battu Nancy, Guingamp a tapé Dijon. Le SMC compte trois points d’avance sur le barragiste. En maintenant ? Rennes d’un soir…

Avatar

Quand un membre de notre collectif n'assume décidément pas ses quolibets, il signe au nom de tout le monde.