Journal d’un migrant

Chez We Are Malherbe, nous sommes conscients de la responsabilité que nous avons envers la société. Nous savons que notre devoir est aussi d’éclairer les consciences et de décrire le monde tel qu’il est. Alors nous osons parler des sujets qui fâchent, de ceux sur lesquels collectivement le monde ferme les yeux. Quand on ne peut pas, seul, agir il est toujours possible, même seul, de dire. Dénoncer, encore et sans relâche les drames, la honte, la mort. Chez We Are Malherbe, nous osons parler tout haut de ceux dont on n’ose penser tout bas. Oui, nous osons parler des migrants.

Nous nous sommes procuré le journal d’un de ces migrants, un de ces homme qui a tout quitté, tout plaqué, qui a laissé son pays derrière lui pour se retrouver là où il pensait être
accueilli, recueilli, réconforté et où il ne trouve que silence et solitude. Aujourd’hui, nous considérons qu’il est de notre devoir de lui donner la parole.

Par respect pour son intimité et sa dignité, nous tairons son nom; nous ne l’appellerons donc que par son prénom, Andy.

Andy le vagabond
Journal

 

6h du matin : Comme chaque matin depuis qu’il a quitté son pays pour arriver ici, Andy se réveille dans son hôtel sécurisé, le Fajitas Tapas Guacamole Resort. Si l’hôtel est sécurisé, c’est que,  au Mexique, certains joueurs sont des cibles de choix pour des bandits qui n’hésitent pas à les enlever pour exiger une rançon.

6h15 : Déjà 15 minutes que Andy est réveillé mais il n’a posté que 23 fois sur les réseaux sociaux

6h30 : Message privé sur Facebook de « coiffeur Max » : “Salut Andy, à quelle adresse je dois envoyer la facture de 23789€ pour tes frais de coiffeurs de mai à juillet ?”

7h : Andy prend son petit-déjeuner. Pour accélérer son intégration dans ce pays, il a fait le choix de s’adapter au mieux à la vie mexicaine. Il prend donc du café avec des tartines de chili con carne trempées dans du guacamole avec des tapas.

8h30 : La réception de l’hôtel lui monte un courrier de la sécurité Sociale Française. Il demande à ce que ce soit retourné à l’expéditeur avec la mention «Non habita a la adressa indiquada”.

9h15 : Arrivée de l’escorte qui doit accompagner Andy au centre d’entrainement des Tigres, le centre Speedy Gonzalez. Comme chaque matin, Andy se fait comprendre par des signes à l’interprète que le club met à sa disposition. En effet, Andy a fait espagnol comme LV2 au collège et non mexicain. Il a donc du mal à se faire comprendre.

9h30 : Message privé de « coiffeur max » : Andy l’efface

10h30 : Le coach convoque Andy dans son bureau et lui explique qu’il souhaite qu’il s’entraine au plus près des conditions réelles des matchs. C’est la raison pour laquelle il doit rester assis sur le banc près de la main courante qui borde le terrain d’entrainement.

11h : Andy commence quand même son entrainement.

11h03 : Andy arrête son entrainement et demande à être placé en arrêt maladie. C’est que c’est super épicé, la bouffe mexicaine (vous voyez Yohann Diniz ?)

12h00 : C’est la Police qui se présente pour entendre son témoignage dans l’affaire du braquage de Kim Kardashian à Paris. En effet, les malfrats ont confondu la starlette – je parle d’Andy, pas de Kim – avec la meuf de Kanye West; Andy Delort était la personne visée dans l’affaire, le commando devait l’enlever et demander une rançon. Mais dans le noir – et non je ne parle pas de Kanye – ils ont vu cette personne avec toutes ces baguouses, ils ont cru que c’était Andy ! Ils ont bien vu qu’il y avait un gros cul, mais après deux mois sans jouer au foot, ils se sont juste dit qu’il avait pris un peu.

12h30 : Andy arrive au Fajitas Fever pour déjeuner. Problème, depuis son arrivée, le patron du resto le faisait manger à l’œil car il croyait qu’il était un joueur des Tigres. Mais comme il ne l’a jamais vu sur le terrain, il commence à avoir un doute.

14h30 : De retour dans son hôtel, Andy veut regarder l’intégrale de ses meilleurs moments avec les Tigres avant de s’endormir.

14h31 : Andy s’endort pour la sieste.

14h36 : Andy reçoit un SMS de « Coiffeur Max ». Il l’efface.

17h : Andy est convoqué chez le président des Tigres Juan-Francisco Fortín: “Dis, Gringo, en fait on va te renvoyer en France et t’échanger avec Kouakou car au moins, lui il claque avec Nîmes. Et il parait que si on n’est pas trop cons, on peut même avoir du pinard.”

17h30 : Le président lui demande s’il est fier de jouer pour les Tigres; Andy n’en sait rien, sa fierté, il a mis son portefeuille dessus.

19h: Andy reçoit un SMS l’informant que vu la chute de sa cote marchande après ses premiers matchs, il n’était plus une cible de choix et que du coup, on allégeait le dispositif de sécurité; aucun risque qu’il soit kidnappé.

20h30 : L’agent d’Andy lui explique que comme son temps de jeu est Alhadurisé, il lui cherche un nouveau club de cœur.

21h15 : Andy cherche depuis une demi-heure comment on dit « pages jaunes » en mexicain. En effet, il cherche un médecin qui signe des arrêts de travail. Du coup, il cherche aussi comment on dit « arrêt de travail ».

22h : Andy cherche des informations sur la Sécu au Mexique avant de se rendre compte qu’elle n’existe pas. Oui, elle a été coulée quand elle a eu à rembourser le programme Weight Watchers de Gignac à son arrivée.

23h : tout seul dans sa chambre, Andy repense à son temps de jeu et il a les boules. Mais il s’en fout car pensant à son compte en banque, il se souvient aussi que s’il peut avoir les boules, il a surtout les couilles en or.

Et là-dessus, il s’endort.

Avatar

Quand un membre de notre collectif n'assume décidément pas ses quolibets, il signe au nom de tout le monde.