Montpellier – Caen : Ce Héros cool tandis que ce Hérault coule.

Aaaaah, Montpellier, on aime les retrouver ! Plus qu’une équipe, une famille <3

Allez trêve de politesses, on a un poutrage à préparer. Les Granvillais commencent d’ailleurs avant nous, en coupe.

Les Montpelliérains ont en effet des raisons de s’inquiéter :

OUI, statistiquement, c’est imparable : 100% des matchs où un twitto caennais a fait une raclette ont été remportés par Caen (Stat OptaCaencaneuse). Le match commence gentiment et la confiance est bien là chez les Caennais.

EXACT !

But de « Bensebaiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii » donc, le Hérault de Montpellier. Pendant ce temps là, nous on se cherche aussi un sauveur.

Alors qu’on était déjà en train de compter le nombre de points à prendre pour assurer le maintien, Ronny Rodelin nous fait ranger nos calculatrices (et nos commentaires désagréables).

On égalise pile au bon moment, car oui, c’est la pose à la Mosson.
tee-shirt-homme

Et là, bim, ENFIN, comme un éclair dans la nuit : le retour d’Andy Delort pour le second but. Andy, on en parle jusque chez les compatriotes de Boris Letondeur (Hola Senior Letondeur).

Deux passes décisives pour une prestation de haute volée. On a coutume de demander à Manu s’il descend, mais en fait faut qu’il continue à monter.

 

Fin du match difficile, on s’en sort un peu comme on peut, mais on s’en sort.

Bon pour les Montpellierains, plus qu’une affaire de routourne, c’est une affaire d’arbitrage. A la fin du match, Dabo se lance dans une diatribe que n’aurait pas renié Zola et son « J’accuse » : « On a pas l’habitude de râler mais ce soir c’était un arbitre nul ! » Wow. NUL. Le mec n’a pas peur de porter la plume dans la plaie.

Bravo les gars. C’est chic. A peu près autant d’élégance que dans une interview d’après match de Dabo.

En conclusion : une belle partie livrée par l’ensemble des acteurs, qui ont mis beaucoup d’énergie dans la rencontre. En revanche, en tribune de presse, un journaliste a dû s’endormir.

Avatar

Poussée à l’exil avec son petit âne après avoir été écartée du club très fermé des mascottes caennaises, la Caencaneuse n’oublie pas pour autant son club, son amour, son fardeau. Loin de nos contrées normandes, elle a toujours quelque chose à dire à qui voudra bien l’entendre.