Caen – Toulouse pour les uns, tout win pour les autres

Méritait, méritait pas la victoire… Rolalah vous me donnez mal au crâne après ce Caen-Toulouse. Ah quand on se faisait enc…tuber la saison dernière, on ne vous entendait pas ! Bah oui, quand tout lose, c’est notre faute, et quand tout réussit, faudrait s’excuser. On va quand même pas marquer les buts contre notre camp et offrir les pénaltys pour aider les adversaires non plus ?! So 2014.

Parce que ces trois points, on ne les a pas volés. Certains appellent ça la réussite, ou plus familièrement, la chatte, moi j’appelle ça la chance du champion. Vous verrez en mai prochain, vous ne pourrez pas dire que je ne vous l’avais pas prédit ça aussi. Alors on pourrait, comme les Toulousains, refaire dix fois le débrief du match en relisant les stats de possession de balle et l’incroyable et écrasante domination violette concrétisée par… 4 tirs cadrés à 3. Mais en fait nan, parce que le football sans mauvaise foi, ça serait chiant comme un numéro de stade 2.

Quoi, on va aussi nous dire que notre victoire au toss n’était pas méritée non plus ?!

Tant que ce n’est que ton cœur, qui fait l’ascenseur, amie toulousaine… Faut dire qu’on démarre fort, on tient le ballon, on se procure les occasions, Delaplace manque de peu son premier but à d’Ornano… Oui mais notre Toulousaine préférée connaît bien son équipe :

Exact. Et nous de prendre gentiment l’eau. Jusqu’à un but toulousain. Ah bah oui mais refusé hein, parce que pour marquer dans ce match, fallait faire faute sur Da Silva, lui insubmersible.

Mais tous, un grand Vercoutre en tête, se donnent du mal pour respecter la consigne de la LFP : 0-0 à la mi-temps. C’est réglementaire.

Patatras, début de seconde période : le pire se produit. La twittosphère retient son souffle mais le verdict tombe: Manu Imorou veut trop donner et se blesse sur une accélération de plus de 140 caractères.

Ça capte que dalle en 3G ici, j'me casse.

Ça capte que dalle en 3G ici, j’me casse.

Passé le choc, Twitter se ressaisit et réalise que Caen est en train de se réveiller, avec un Bessat qui met mucho la gomme, un Juju qui va ferrer la passe dé et un Daminou Da Silva qui finit d’éclabousser la ligue 1 de sa classe. Beaucoup d’amour pour lui. Beaucoup.

Sur la touche, Ce Héros contemple la beautay du but de Daminou. Il va rentrer, c’est bon, plus rien ne va nous arriver. Pas de fautes sifflées. Que du propre. De quoi pourrait-on avoir besoin quand on a Seube, deux poteaux et une transversale avec nous sur le terrain ?!

On croit même pouvoir demander au dieu du foot le 2-0 pour la forme, mais c’est Yahia, alors c’est non.

De son côté, Toulouse finit en roue libre avec un très joli tacle de boucher de Spajic, deuxième rouge en deux matchs pour le TFC.

Remymy Vercoutre fait une dernière fois appel à sa transversale, et hop, le tour est joué, emballay c’est pesay, 1-0 pour Caen, 6 points sur 6. Après deux matchs compliqués, la modestie nous oblige à relativiser, comme toujours.

 

Allez, toutes nos amitiés aux Toulousains <3

View this post on Instagram

TUT TUT LES RAGEUX

A post shared by Julien (@stevesavidange) on

Avatar

Poussée à l’exil avec son petit âne après avoir été écartée du club très fermé des mascottes caennaises, la Caencaneuse n’oublie pas pour autant son club, son amour, son fardeau. Loin de nos contrées normandes, elle a toujours quelque chose à dire à qui voudra bien l’entendre.