3 juin 2016

La bande à Raineau

Vous avez raté la dernière #WAMlemission ? Vous comptiez partir en vacances sans avoir écouté notre hommage à Alex Raineau, fidèle parmi les fidèles, qui quitte définitivement le club cet été ?

View post on imgur.com

Vous avez de la chance, wearemalherbe.fr vous offre un rattrapage, à lire avec le son de l’émission !

Le départ d’un tel joueur mérite plus qu’une lettre d’adieu, plus qu’une chanson d’adieu, mais au moins une compilation d’adieux. A l’annonce de ce projet de WAM, c’est l’ensemble du club qui a répondu présent pour nous aider à monter un album. Comme Alex est toujours vivant, rassurez vous, qu’il a toujours la banane et qu’il est toujours debout, le titre sera : « la bande à Raineau ».

Chacun y reprend la chanson à laquelle il s’identifie le plus : C’est quand qu’on va où par Xavier Gravelaine, Marche à l’ombre par Pilou, La mère à Titi par Anthony Deroin, et aussi la participation exceptionnelle de Frédéric Thiriez interprétant Hexagoal et du jeune Steve Savidange chantant Manu. Les joueurs de l’effectif y vont aussi de leur hommage, puisque depuis l’infirmerie Manu Imorou a enregistré Les bobos et que Damien da Silva interprète Laisse béton.

Mais bon vous nous connaissez, WAM se devait de mettre la main à la pâte et je vous propose d’écouter tout de suite quelques extraits, en avant-première – et en live. Alex, on voulait d’abord te dire qu’ici, à Radio Phénix…

Caen_-_Rennes_20140709_-_Alexandre_Raineau

On a mis su’l’mur
Au d’ssus des micros
Une photo d’Alex
Raineau
Avec ses ch’veux tout chauves
On trouve qu’il est beau
Presqu’autant qu’Seube ce
Héros
C’est comme un p’tit ange
Su’l’bord du terrain
Comme une pièce de r’change
Pour rien
Si elles vous font marrer
Nos grosses vannes loufoques
Nous on s’ra triste sans
not’ pote

Retrouvez tous les plus grands succès de la Bande à Raineau, avec des chansons qui sentent bon la convivialité, la sueur des vestiaires et la franche camaraderie engendrée par la promiscuité sur le banc de touche. On écoute la première piste de l’album, interprétée par la Caencaneuse !

C’est pas l’homme qui quitte Malherbe
C’est Malherbe qui quitte l’homme
Tatatin
Toi Malherbe t’a pris on s’souvient …c’tait gratuit
Au départ c’était vague :
« Dis, t’es bon dans quelle zone ? »
« Tu sais jouer le offside ? »
« Tu prends des cartons jaunes ? »
« Applique-toi sur les passes
si tu veux jouer devant »
T’as raté tout’s tes passes
T’as fini remplaçant

Dès que quelqu’un se bless’ra
Tu repartiras
T’échauffer sur le gazon
Et trouver l’temps long
Tatatin !

La chanson suivante est dédiée au vrai fan de Raineau dans l’équipe, le père Poutras, qui est le seul à possèder un maillot floqué Raineau ! Elle est interprétée par l’autre grande voix féminine que le monde entier nous envie Jenny. Jenny, que tu chantes avec ou sans la pluie, toute l’équipe est morgane de toi.

Y’a un mariole, il a au moins cent ans,
Il a voulu se faire un cadeau
Samuel, chez WAM, plus personn’ ne le comprend
Il a pris un maillot avec marqué Raineau dans l’dos.

Pars pas,
Mes yeux se mouillent quand tu vas où j’suis pas
Tu sais ma couille que j’suis morgane de toi
J’sui morgane de toi

On termine par le single de l’album, celui qui va cartonner dans les bacs. WAM se devait de sortir le grand jeu, c’est donc le Président en personne qui est au micro.

A m’asseoir sur un banc 5 minutes avec toi
Et r’garder ta carrière qui s’en va
Te parler du bon temps, qu’est mort qui r’viendra pas
En pensant aux matchs que tu jouais pas
Te d’mander d’pardonner nos jeux de mots idiots
Si on s’moquait c’était pour de faux
C’était surtout pour rire, et fendre un peu l’armure
Maintenant on chambr’ qui, Alhadhur ?
Te raconter un peu à toi Alex Raineau
Les fous-rires fabuleux qui viennent en se moquant
De ton boulot ingrat d’éternel remplaçant
Et ton surnom marrant
Et ton surnom marrant

raineauredimensionné

L’émission complète : http://www.radiophenix.fr/emissions/wam-lemission

Partager :
Tags:

A propos de Watier Fair Foot

Watier Fair Foot

Rêvant d'un sport qui conserverait ses valeurs les plus nobles, il trouve en Malherbe de quoi se rassasier d'amateurisme et de fraîcheur. Idolâtrant Titi Deroin et Nico Seube autant qu'Eugène Maës et Jacques Guillard, il écrit n'importe quoi pourvu que ça lui permette de faire des jeux de mots aussi pitoyables que son pseudo.

  • Email