17 février 2016

Lilian Compan: toujours à la pointe.

theyaremalherbe

They Are Malherbe vous propose de retrouver les anciens porteurs du maillot rouge et bleu, pour des entretiens à cœurs ouverts et pour que dure encore un peu l’histoire. Aujourd’hui c’est Lilian Compan qui se prête au jeu.

Lilian Compan

Combien de temps es-tu resté sous les couleurs du Stade Malherbe de Caen ? Ton parcours ?

3 saisons pleines et le début d’une quatrième.

Ton meilleur souvenir de joueur ?

J’ai fait 3 montées dans 3 clubs différents, et à chaque fois ce sont des souvenirs inoubliables.

Ton pire souvenir de joueur ?

Pendant le derby ASSE-OL en février 2005, je marque le 2ème but et sur l’action je heurte Cris, résultat fracture du tibia. Un moment difficile.

Sinon il y a eu cette montée ratée à 2 buts, quand je suis arrivé à Caen mon objectif était de retrouver la L1, or je me blesse à la cuisse je suis donc indisponible pour le dernier match contre Créteil, et le club en profite pour me faire opérer, je devais me faire retirer les broches suite à ma blessure à Saint-Etienne. Le soir, je suis tout seul dans ma chambre d’hôpital à regarder le match. La victoire pour rien. Grosse déception, vraiment j’étais dégoûté.

compan2

Ouest-France © Stéphane Geufroi

Tes anciens coéquipiers préférés ?

Le groupe Caenais vivait super bien, il y avait des gens biens et intelligents, vraiment c’était un super groupe. Après je m’entendais particulièrement bien avec Yohan Eudeline, Reynald Lemaitre et Ronald Zubar.

Ton coach préféré ?

J’ai connu pas mal d’entraîneurs, chacun avec ses qualités et ses défauts, mais je citerais quand même Frédéric Antonetti pour tout ce qu’il m’a apporté pendant mon passage chez les verts.

Le joueur qui t’a le plus marqué (impressionné) dans ta carrière ?

Je suis passé en équipe de France Junior et j’y ai côtoyé une grande génération, et de loin, mais vraiment de loin, le mec que j’ai trouvé au-dessus c’est Thierry Henry. Il savait tout faire et avec classe en plus.

Tes qualités et forces de Footballeur ?

Mon mental, mon flair et mon sens de la finition. Je crois que j’avais une palette de buteur assez complète, les deux pieds et la tête.

Tes faiblesses et failles de Footballeur ?

(rire) Ma vitesse c’est sûr !

Si tu devais trouver un footballeur actuel qui te ressemble ?

Pas facile de répondre car j’avais un profil d’attaquant qui ne se fait plus trop dans le foot moderne, on va plutôt privilégier les joueurs physiques et rapides, avec beaucoup de percussion.

Sinon je dirais que j’étais à mi-chemin entre Pagis et Trezeguet.

Une anecdote, un truc insolite ?

J’ai joué au but quand même ! (rire) Il y a peu de numéro 9 qui peuvent dire ça ! On jouait à Lille, Franck (Dumas) avait fait tous ses changements, et Benoit Costil prend un rouge. Il fallait que ce soit un offensif qui s’y colle, je regarde Yohan (Gouffran) et comme il était plus jeune et plus frais je m’y suis collé.

Bon je fais deux ou trois arrêts mais bon on en prend 5 quand même.  J’ai toujours remercié Benoit Costil pour ce cadeau empoisonné (rire).

Suis-tu toujours l’équipe en championnat ?

Je ne regarde pas forcément les matchs mais oui bien sûr, je jette toujours un œil aux résultats.

Tes impressions sur l’équipe actuelle

Individuellement c’est très intéressant, et le recrutement est à l’image du club, malin. J’espère qu’ils vont finir dans les 10 premiers.

Le meilleur joueur de L1 ? Du Monde ?

En L1 Verratti et Di Maria, c’est largement au-dessus du niveau du championnat.

(sans hésiter) Messi évidement il est sur une autre dimension, même si on ne peut pas comparer avec d’anciens joueurs, c’est pour moi le meilleur joueur de tous les temps.

Des nouvelles de toi, que deviens-tu ?

Je suis recruteur Sud-Est et entraîneur des attaquants du centre de formation de l’ASSE.

 

 

 

Partager :
Tags:

A propos de Rémy Verpoutre

Rémy Verpoutre

Né en 1986 de la rencontre entre une goutte de sueur de Fabrice Divert et le regard de Pierre Mankowski, il voue sa vie à tenter de faire classer le SM Caen au patrimoine mondial de l’Humanité. Intervieweur acharné, il traque et questionne les anciens porteurs du maillot rouge et bleu afin d’entretenir leurs voix dans le Panthéon Malherbiste.

  • Email