Cette saison est un cauchemar (1/3)

Le réveil sonne.

La musique se disperse le long des fortifications qui maintiennent en ses rêves mon esprit cloisonné. Las, les marées sonnantes redoublent d’assaut et soulèvent, en dépit d’une résistance héroïque, mes paupières endormies. Certes, il faut bien se lever, mais il faut également travailler. Une grisaille timide s’insinue entre les volets qui apporte la bruine à mon humeur chagrine, alors je grommelle, ronchonne et soudain pardonne, pardonne ce lendemain qui déchante tandis que se déchaîne dans ma tête l’ivresse du week-end : Malherbe est sur le podium!

Loin, très loin, l’écho de ces notes lancinantes qui eurent raison de ma nuit trouble cette idylle nouvelle avec le jour qui commence. Sur le trajet vers le bureau, je sors mon smartphone et fais le tour des applications d’information sportive. Je veux étendre le domaine du bonheur et à la fatalité clouer le bec. Oh, les rouge et bleu ne font pas la une, ça non! Cependant quelques plumes glorieuses pèsent aujourd’hui plus lourd dans la presse que les âmes réunies de tous les Normands de la Terre, lesquelles se sont semble-t-il donné rendez-vous au Paradis.

Dans le bus, cet idiot de chauffeur a mis, certes en sourdine, ma musique de réveil. Je lui jette un regard noir puis baisse de nouveau les yeux sur mon écran. Un titre m’interpelle qui ne concerne pas Malherbe : José Mourinho est viré. Bah oui ! Je déteste ce mec, c’est bien fait pour lui. Mais on s’en fout de Chelsea, ce club moisi qui jouera la saison prochaine en Championship quand nous passerons la nôtre en Championsleague ! Je sors du bus et fanfaronne lorsque j’entre au Café des poètes : « Alors les gars, z’avez vu ça? Troisièmes les mecs, troisièmes! Alexandre, un café s’il te plaît. »

Le petit chauve se retourne. Le mec est coiffeur mais remplace le serveur, du coup le gars a l’habitude de causer. Il y a un autre gus accoudé au zinc, Pierrot, journaleux que tout le monde écoute parce qu’il est toujours là et dont l’avis pèse une tonne. Ou un tonneau, c’est selon :
– Ah, te voilà toi, le rêveur! T’as lu les journaux? Ou plutôt, t’as lu mon article? Il jette alors sur la table la mine sombre et froissée de vinasse de l’ex-entraîneur de Chelsea.
– Sur Mourinho? J’ai vu le titre, mais j’ai pas lu. On s’en fout de toutes façons, écris sur Caen si tu veux m’intéresser.
– Ah mais, il l’a fait… lâche le serveur avec quelque dépit tandis qu’il me sert largement à côté la partie allongée.

Il s’excuse, propose d’en faire un autre. Je refuse et l’encourage à développer. L’autre ours à face de crapaud me dévisage comme un petit déjeuner pas encore tout à fait réchauffé. Alexandre m’invite à lire un paragraphe de l’article, l’autre accentue son sourire dégueulasse. Cette putain de musique de réveil inonde le bar maintenant et, tandis que je finis ma lecture, me prend une envie de carnage.
– Garande ??? Pour remplacer Mourinho? N’importe quoi!
– Tes potes de We Are Malherbe ont confirmé : c’est presque signé. Désolé petit gars !
– Ouais enfin, on a aussi dit que Bielsa signait comme adjoint et Carneiro comme médecin.
– Je sais, je sais, et vous aviez raison. Tu vois, je l’admets.
– Hein? Quoi? Qu’est-ce que…
– On parle de René Girard pour le remplacer, confirme le crâne d’œuf. Le type voudrait faire signer Origi parce que Delort a immédiatement fait part de ses envies d’ailleurs.
– Vous me charriez là, hein? Très drôle les mecs, très drôle!
– Drôle? Tu sais pourquoi il se barre Garande? grogne l’autre troll. Un flic m’accoste hier et me parle de Nîmes, de rétrogradation judiciaire, d’une balance chevelue et d’une histoire de cidre offert au match aller…
– Non mais c’est un cauchemar… je le coupe en secouant la tête. Non ! NON!

Le réveil sonne, encore et encore.

Avatar

Adepte du passement de genre (littéraire) comme des phrases de transition, c'est avec un solide jeu de mots qu'il tentera de vous emporter dans son esprit tourmenté d'exilé.