Ça gaze pour Malherbe

Il faisait beau ce samedi 26 septembre 2015.
Il faisait beau, et il n’y avait presque pas de queue au stand du producteur de tomates du marché du boulevard Leroy.
On savait qu’il se tramait quelque chose. Les signes ne trompent pas.

Ceci étant, les traditions se doivent d’être respectées. L’annonce hebdomadaire (pour la troisième fois en une semaine) se déroule dans des conditions optimales.


On la traduit même dans la langue locale, au cas où.

 

Très vite, les choses se précisent, certains semblent deviner ce qui va arriver.

 

Ceci dit, on est supporters de Malherbe depuis des lustres, on connait le truc. Autant on n’a pas peur contre une équipe de l’envergure de Marseille, autant le bas de tableau nous glace le sang.

 

Le match commence. Et à la 28′ minute, Ronny Rodelin nous soulage.

Mais est-ce vraiment un hasard ?

Par d’ailleurs, on tient à remercier chaleureusement le LOSC pour notre nouvelle recrue.

 

A la mi-temps, pour la première fois de ma vie au stade d’Ornano, ma vessie me laisse tranquille. ENCORE UN SIGNE.

 

A noter aussi Julien Féret qui épate avec sa technique digne de la grande époque des Maradona Caennais dont se souviennent encore les Jurietti Bordelais.

 

Et puis à la 55e minute… Servi par Dennis Appiah, C’est Manu Imorou (oui oui, vous avez bien lu) qui marque au second poteau… Et casse Twitter.

 

L’occasion pour la WAM school of Poutring de décerner ses prix.
#aWAMrd du tweet le plus rapide :


#aWAMrd du tweet le plus objectif :


#aWAMrd du tweet groupie (oui, comme en politique, on peut voter pour soi)


#aWAMrd de la plus belle photo :


#aWAMrd du politique régional :
https://twitter.com/PhilippeLailler/status/647851623943925760
#aWAMrd du meilleur Gif :


#aWAMrd de la meilleur ville :


#aWAMrd du meilleur gardien remplaçant :


#aWAMrd de l’explication la plus plausible :


#aWAMrd de la postérité :

 

Manu s’envole.


Et n’atterrira pas de sitôt.

 

On fête ça en toute intimité :

 

On s’endort cinquièmes de Ligain, et nous non plus, on n’a pas vraiment envie de se réveiller.

Avatar

Arrivée ici comme lorsqu'on me choisissait à l'UNSS pour l'équipe de Hand. En dernier. Je suis le bacon grillé de ton burger, la poubelle jaune de ton plastique, la grosse-caisse de ta fanfare, les larges rayures rouges sur ton maillot de Malherbe... Tu peux faire sans, mais c'est vachement mieux avec.