Malherbe et la conspiration des lunes

Après la dernière défaite du Stade Malherbe contre Lyon, concédée un jour de pleine Lune, le Malherbe Café a épluché le calendrier lunaire des dix dernières et les rencontres disputées par Caen sur cette période. Restez bien assis, les résultats de cette enquête sont paranormaux.

Pleine Lune Malherbe 2

À la fin du mois d’août, le 29, précisément, Malherbe est étrillé par Lyon à d’Ornano pour ce qui sonne comme la rencontre des premières : premier triplé pour Fékir, plus lourde défaite caennaise à d’Ornano, pire défaite à domicile depuis 34 ans. Il faut remonter à une obscure soirée de janvier 1981, à Venoix, contre Brest, en Division 2B, pour retrouver trace d’une telle correction. À l’époque, les Rouge et Bleu furent défaits 5 à 0 par le Brest de Patrick « Papa » Parizon, buteur ce soir-là. Quelques mois plus tard, Malherbe, dernier de son championnat, sombrait dans les abîmes du football hexagonal.

Mais revenons à l’essentiel.

Après cette défaite face à un OL opportuniste, les vidéos des exploits fékiriens et du chef-d’œuvre de Beauvue prolifèrent sur la Toile. Mais l’info principale échappe à tout le monde : ce 29 août était un jour de pleine Lune. Étrange coïncidence à première vue. Flairant l’affaire sulfureuse, le Malherbe Café a mené l’enquête… et manqué de s’étrangler.

Jugez par vous-même. Depuis dix ans, Malherbe a joué quinze matchs de championnat sous la lumière d’une pleine Lune. Le bilan : 5 victoires, 5 nuls, 5 défaites, 22 buts marqués, 22 buts encaissés.
Neuf furent disputés en Ligue 1 pour un total de 3 victoires, 3 nuls, 3 défaites, 16 buts marqués, 16 buts encaissés.
Six le furent en Ligue 2 pour un bilan de 2 victoires, 2 nuls, 2 défaites, 6 buts marqués, 6 buts encaissés.

Improbable n’est-ce pas ? Toute l’inconstance d’un Malherbe lunatique y est résumée. Mais ces chiffres sont presque insignifiants par rapport à ce qui va suivre. En attendant les analyses de marabouts, numérologues et autres Madame Irma, voici une sélection de cinq matchs joués par le SMC lorsque la Lune dévoilait sa rondeur. Pour un peu, les complotistes crieraient au complot.

Caen-Nice (L1) : 2-3, pleine Lune du 6 décembre 2014
La révérence de l’astre mort
Cela ne lui était arrivé qu’une fois depuis deux ans. Malherbe encaisse trois buts à domicile face à une très faible équipe de Nice. Preuve que la pleine Lune altère le comportement des hommes, Nangis inscrit un superbe but après s’être amusé de la défense azuréenne. Six minutes plus tôt, c’était Mathieu Duhamel qui égalisait. Son dernier but en Rouge et Bleu.

Caen-Arles (L2) : 1-0, pleine Lune du 14 février 2014
Propulsé vers la Ligue 1
Candidat déclaré à la montée, ce Malherbe-là, huitième à quinze journées de la fin, est moribond. La réception des sudistes coïncide avec le retour à d’Ornano d’un symbole bas-normand : Franck Dumas, désormais entraîneur d’Arles-Avignon. Malherbe gagne difficilement – grâce à un but de Mathieu Duhamel, évidemment. Cette victoire marque la naissance d’une série de douze matchs sans défaite qui mènera Caen sur le podium. Qui a dit que les soirs de pleine Lune n’étaient pas propices aux accouchements ?

Sedan-Caen (L2) : 2-2, pleine Lune du 31 août 2012
Voyage dans le surnaturel
Si Duhamel marque une nouvelle fois sous le regard d’une pleine Lune, un jeune sanglier inscrit le premier but de sa carrière en pro : le désormais fameux… Mickaël Le Bihan. Mais surtout, Nicolas Seube récolte le premier carton rouge de sa carrière en championnat, à la 93e minute. Cela après douze saisons à Caen et 344 matchs joués. 344, c’est d’ailleurs le total des numéros de maillot des 22 titulaires de ce match et d’un remplaçant. Fou qu’on vous dit !

Caen-Bordeaux (L1) : 5-0, pleine Lune du 24 novembre 2007
Carton cosmique
Et oui, la plus grande victoire de Malherbe en Ligue 1 a eu lieu un soir de pleine Lune. Pour son 1999e match dans l’élite (!), Bordeaux sombre : Ulrich Ramé ne s’est pas remis de sa cuite de la veille alors que Chalmé et Planus sont exclus. Jurietti, lui, disjoncte après le match… Pas étonnant, il paraît que les cinglés se déchaînent à la pleine Lune.

Laval-Caen (L2) : 1-0, pleine Lune du 19 août 2005
Droit dans le trou noir
Planté, Costil, Seube, Hengbart, Zubar, Sorbon, Lemaître, Grougi, Deroin, Grandin, Samson, Compan… Avec de tels joueurs, Malherbe semble surarmé pour monter en Ligue 1. Pourtant, certainement victime d’un manque de sommeil lié à la pleine Lune, l’équipe fait peine à voir. Elle perd piteusement pour la quatrième fois consécutive et se retrouve dernière de Ligue 2. En face, Fahid Ben Khalfallah et Rémi Gomis régalent. Chienne de vie.

Tous les résultats des matchs de Malherbe disputés sous une pleine Lune

Avatar

Le Malherbe Café est un bar ouvert à tous, de minuit à minuit. S’y croisent les vieilles gloires du club avachies au comptoir, les coupures de presse punaisées sur le papier peint humide, les supporters adverses toujours accueillis comme des frères, et les analyses des tenanciers qui font la réputation de la maison. Pour le reste, c’est bière pour tous. Alors à vos mousses !