Le Mercato de WAM : Ronny Rodelin – Ro-Ro est arrivé.

Nom : Rodelin
Prénom : Ronny

Poste : Ailier pour remplacer Nangis qui doublait le poste avec Bazile vu que Raspentino est parti à Bastia, ou alors doublure de Delort, ou alors 2e attaquant avec Delort si on change de système, en concurrence avec Nkololo et puis Louis aussi vu qu’on sait pas où le mettre. Si le gars veut garder sa fiche de poste en mémoire sur le terrain, il lui faudra plus de tatouages que Bessat. Tiens, du coup, on a l’explication pour les tatouages de Bessat.

Slogan : Ronny soit qui mal y pense

1852978063_B974678329Z.1_20150202164231_000_GL33TFRAJ.1-0

Points forts :
– Meilleur joueur de Ligue 2 en novembre 2010, alors qu’il jouait à Nantes, et que donc c’était pas gagné d’avance. Il y met son premier but en pro, sans doute sur un cafouillage puisque c’est en tirant dans les pattes que marqua Ronny.
– Son autre fait d’armes à Nantes est sa participation à une bagarre générale lors de Nantes-Ajaccio en 2011. Pas fan de l’île de beauté, il en profite pour signer en beauté à Lille, alors champion de France. Il y joue sept rencontres de Ligue des Champions.
– Recruter un joueur ayant l’expérience de la C1, c’est quand même une bonne idée dans l’optique de nos futurs matchs contre le Real Madrid, qui seront relevés par le duel Pepe-Ronny.

Notre expert est formel : cette recrue s’étale facilement et ne déborde pas.

Points faibles :
– Un joueur qui rame depuis son début de carrière, lequel n’était pas gai puisqu’il a commencé amateur dans l’aveyron et que ses dribbles chaloupés sont parfois loupés tout court.
– Après le Losc, le disparu : Rodelin est prêté au « Royal Mouscron Peruwelz » en janvier 2015. Déprimé, Ronny, saoul, boit.

Potentiel d’adulation
Tels des Normands montant à la capitale par l’A13, on a envie de voir Ronny sur scène. Méfiants tout d’abord, puisque Rodelin n’a marqué que 22 buts depuis 2007, dont la moitié en L2 ou National, les supporters normands guetteront l’étincelle promise par l’entrée en jeu de cette nouvelle recrue, dont on aimerait pouvoir dire « Quel sub, ce Ro-Ro » !

1382218_579629428771783_1286117150_n

Certain de s’imposer à Caen, Rodelin envoie déjà un message aux rageux.

Avatar

Rêvant d'un sport qui conserverait ses valeurs les plus nobles, il trouve en Malherbe de quoi se rassasier d'amateurisme et de fraîcheur. Idolâtrant Titi Deroin et Nico Seube autant qu'Eugène Maës et Jacques Guillard, il écrit n'importe quoi pourvu que ça lui permette de faire des jeux de mots aussi pitoyables que son pseudo.