Mon Match à WAM : Il moutarde de gagner.

Les fêtes sont terminées, c’est la reprise. Quoi de mieux qu’une affiche un peu molle pour être raccord avec l’état de nos organismes un 4 janvier ? Certains cuvent encore un peu, les plus fragiles digèrent toujours les fruits de mer. Cela-dit, vu la prestation des joueurs, eux doivent encore avoir le chapon du 24 décembre dans les talons. On était venu pour voir le déclic, la lumière, la révolte. Au final, rien de nouveau sous le soleil (absent lui aussi). On a eu froid, et les élèves étaient encore moins en forme qu’avant les vacances, mais puisque Maître Garande voit (encore et toujours) du positif, tout va bien.

Kanté rappelle qui est l’écolier modèle. Le petit bonhomme au sac à dos a bien travaillé pendant les vacances. Il s’en va marquer… tout seul.

https://twitter.com/saintmtex/status/551787780326842368

" Tu te protèges pas ? - Nan, même pas mal. "

– Tu te protèges pas ?
– Nan osef, même pas mal.

Mention spéciale à Jordan Adéoti également. Sa résolution en ce début d’année 2015 ? « YOLO ! », et ça marche :

La suite est moins glorieuse, au fur et à mesure que la température chute, le match devient lui aussi de plus en plus glacial. Du coup, certains se consolent comme ils peuvent :

"J'en ai eu un, j'en ai eu un !"

« J’en ai eu un, j’en ai eu un ! »

A la mi-temps, il faut bien adapter les consignes aux événements…

"Tu passes plus le ballon à personne, tu leur fais ta magie là, et jte porte ton sac à dos sur le chemin du retour. Marché conclu ?"

« Tu passes plus le ballon à personne, tu leur fais ta magie là, et j’te porte ton sac à dos sur le chemin du retour. Marché conclu ? »

Les blessures à l'ego, c'est toujours très douloureux.

Les blessures à l’ego, c’est toujours très douloureux.

Foutu pour foutu, on joue finalement la carte de l’émotion.

La suite on la connait, c’est tout simple, tu copies-colles l’élimination à Bastia. Pourtant…

« On va pouvoir se concentrer sur le championnat », que vous nous direz. Il serait temps. Chacun croira (ou pas) en nos chances sur les 19 matchs à venir, en espérant que pour fidéliser les supporters au stade, on ne tourne pas vite à ce genre d’argument commercial aux guichets du stade :

"Approchez approchez messieurs dames, paaar iciiiii la Ligue 2 !"

« Approchez approchez messieurs dames, paaar iciiiii la Ligue 2 ! »

Quand un membre de notre collectif n'assume décidément pas ses quolibets, il signe au nom de tout le monde.