Mon match à WAM : SMC-FCN, jaunes devant, marrons derrière.

Vous arrêtez pas pour moi les gars. Ma guerre s'arrête ici.

Vous arrêtez pas pour moi les gars. Ma guerre s’arrête ici.

Une nouvelle fois la frustration, l’inquiétude et nos adversaires l’ont emporté. Mener au score, montrer de belles choses, faire des boulettes, rentrer avec 0 points : la recette du Malherbe 2014 commence malheureusement à être bien éprouvée, et nous aussi.

La soirée avait pourtant bien commencé avec cette jeune fille interprétant une chansonnette aux accents prémonitoires. A noter le goût artistique très sûr des supporters nantais qui l’ont gentiment accompagnée en sifflotant.

"En hommage à notre gardien de but, je vais vous interpréter une chanson de Diams, La Boulette"

« En hommage à notre gardien de but, je vais vous interpréter une chanson de Diams, La Boulette »

Du côté de chez WAM, on avait également bien fait les choses bien en préparent une très belle affiche pour ce match.

Si on ajoute à ça une ouverture du score par Dieuhamel, on commençait même à se dire que pour une fois le plan allait se dérouler sans accroc.

"Je sais que c'est Caen en face, mais je ne peux quand même pas siffler un péno pour une faute dans le rond central."

« Je sais que c’est Caen en face, mais je ne peux quand même pas siffler un péno pour une faute dans le rond central. »

Après l’égalisation nantaise, on se dit avec philosophie que Rémy Vercoutre à défaut de réussir ses sorties aériennes pourra toujours apporter son expérience à la politique commerciale du club.

Même les Nantais ont remarqué un petit quelque chose.

https://twitter.com/RMoilachatte/status/531215911379034112

Côté tribunes, il faut faire preuve d’un peu de bonne foi pour changer : bravo les gars, c’était beau à voir.

 

Avatar

Une sympathique mascotte barbue, cornue et vêtue d’une seyante tunique rouge et bleue. La vraie vie d’un pur Viking doué de talents inattendus qui vous fera partager ses déliriums sur Malherbe et tout le reste. Spécialiste de la pop-culture française des années 70 et 80, Michel-Thor connait par cœur la chanson "Sur des musiques érotiques" d'Herbert Léonard ainsi que son solo de saxophone.

Laisser un commentaire