Le mercato de WAM: Damien Da Silva revoir la Normandie

Nom: Damien Da Silva

Age: 26 ans. Le bel âge. Ah 1988, quel beau cru.
Poste: Défenseur central
Slogan: « Un Portos, tous pour Damien ! ».

66 ! Le compte est bon. Photo: France Bleu.

Damien a gagné le concours de celui qui a pecho le plus grand nombre de meufs. Photo: France Bleu.

Petit surnom: DDS
Son bizutage: faire venir du Portugal des kilos de Pastéis de Nata à destination de La Caencaneuse (je t’envoie mon adresse en message privé, Damien).

Points forts:
Départ de Molla Wague, arrivée d’un copain, Imorou, sur la gauche, où Appiah peut officier, tout autant qu’au centre avec Pierre, ou avec Felipe, ou avec Damien, ou… bref ça peut chaise-musicaler cette saison, il va falloir s’imposer. La défense caennaise bouge et doit se consolider grâce aux apports clermontois, mais quelle meilleure idée que de recourir à un Da Silva pour bétonner derrière ?

Un genre qui ne dérangera pas le p’tit nouveau, puisqu’il retweete lui-même des vannes balourdes sur les Portugais. Nous prenons ça pour un feu vert à We Are Malherbe. Les copains sont chauds et ont un petit carnet qui en est rempli rempli. Comme un cadeau de bienvenue.

Plus sérieusement, une seule saison à Clermont et Daminou s’est imposé comme une des révélations de ligue 2. On vante son jeu aérien, ses relances propres, et sa jeunesse lui laisse une belle marge de progression, d’autant plus qu’il est porté par son rêve : évoluer avec Nicolas Seube. Ou en ligue 1. Ou les deux, on ne sait plus.

Enfin, s’il a autant de volume de jeu que de volume capillaire, c’est prometteur. Toujours plus haut, pourrait être sa devise.

Points faibles:
Chamois de formation, il n’en est pas moins taureau de signe astrologique. Un chareau. Ou un taumois. Espèce rare s’il en est, mais caractérielle, il parait. Attention à rester patient Damien, il y aura peut être pas mal de réglages à faire en défense.

Né dans la banlieue bordelaise, à Talence. Sont aussi nés là-bas, Florian Marange, José Bové ou…Jérôme Cahuzac. Ah. Va pas falloir nous vider les caisses ou essayer de nous entourlouper Damien. Un compte en Suisse à déclarer ?

En dehors de ça, l’ami Da Silva, contrairement à son homonyme, n’est pas chanteur, mais plutôt zappeur. Fan de télé et particulièrement de séries comme Esprits criminels ou… Les Feux de l’Amour. Si, si, soit disant pour faire la sieste, la même excuse que tata Jacqueline. Tout ça pour dire qu’il va falloir décrocher de la télé, et s’entrainer un peu, quand même. Et m’endurcir ce petit cœur fragile aussi. D’autant qu’il se plaignait du temps pendant les trois saisons qu’il a passées à Rouen, la tentation du télé-canapé n’en sera que plus grande.

Damien Da Silva sait qu'il faut profiter du soleil normand quand il est là, de 14h15 à 14h20. Photo: Paris Normandie.

Damien Da Silva sait déjà qu’il faut profiter du soleil normand quand il est là, de 14h15 à 14h20. Photo: Paris Normandie.

Potentiel d’adulation du public: 7/10
Petite difficulté pour l’audience caennaise, Damien est passé par la Haute Normandie. Oui, mais Rouen, pas le Havre. Les ennemis de nos ennemis sont nos amis tout ça tout ça, donc on pourrait passer outre. D’autant que là-bas, tout jeune qu’il était, il est vite devenu capitaine chouchou et a laissé un souvenir impérissable aux supporters. C’est d’ailleurs sous les Ollé Nicolle qu’il avait quitté le club après la relégation à l’été 2013.

Poussée à l’exil avec son petit âne après avoir été écartée du club très fermé des mascottes caennaises, la Caencaneuse n’oublie pas pour autant son club, son amour, son fardeau. Loin de nos contrées normandes, elle a toujours quelque chose à dire à qui voudra bien l’entendre.