Ligue 2 (6/6) : Les vieilles gloires

Dans cette dernière galerie d’avant-saison, figurent pas moins de 10 titres de champion de France. Souvenez-vous, avant la période d’hégémonie lyonnaise, il fut un temps où ceux-là occupaient le haut de l’affiche en France et même un peu en Europe. Ensuite il y a eu du craquage dans l’air et l’année qui vient ne s’annonce pas forcément très sereine pour nos stars déchues. Pour ce dernier épisode, j’ai redoublé d’effort sur la bande son que ne renierait ni RFM Party 80, ni Age tendre et Têtes de bois.

Auxerre

Pendant des années Guy Roux a déclaré jouer le maintien pour finalement jouer l’Europe. En fin stratège de la volaille, Gérard Bourgoin a affiché haut ses ambitions européennes la saison dernière pour réussir la première descente des Icaunais depuis leur arrivée dans l’élite.

Maintenant que la Ligue 1 a disparu de l’Yonne, joueurs et public devront se réconcilier pour tenter de mettre fin à la crise qui a caractérisé la fin de saison dernière. Sur le banc le coach devra faire preuve d’entrain et de caractère, ce qui n’était plus tellement cas en fin de saison dernière, où j’avais trouvé Wallemme scié.

Le Malherbiste de service : Cédric Hengbart. T’as vu Cécé, j’ai pas mis « ancien » : si tu reviens j’annule tout.

Illustration musicale en souvenir des nombreux sifflets entendus à l’Abbé-Deschamps la saison dernière : Micheline Dax qui siffle.
http://www.youtube.com/watch?v=Px8hfl0NlNU

Un petit prono ? 16ème, au fond du trou, au bord du Serein.

Lens

Mine de rien, ça fait quelques années que les sang et or se retrouvent plus souvent au 2ème étage qu’au premier. Le club n’arrête pas de caler et leur légendaire président Gervais Martel s’en est allé noyer son chagrin ailleurs.

Reste le stade Bollaert et ses supporters qui chantent du Pierre Bachelet à chaque mi-temps. D’ailleurs maintenant qu’Eric Charden est mort on pourrait essayer de lancer le truc à d’Ornano avec « made in Normandie ». Faut que j’en parle à Pilou il peut nous monter un truc bien avec ça.

La chanson qui me viendrait en tête si j’étais Lensois, doublée d’un hommage à la coiffure de Tony Vairelles.
Jackie Quartz : « Vivre ailleurs »

Malgré tout je verrais bien un petit mieux sportif avec une 6ème place que nous pourrions pudiquement qualifier d’encourageante.

Nantes

Alors là on touche le fond du désastre sportif contemporain. Faut-il rire ou pleurer quand un président mégalo réussit à ce point à tuer l’âme d’un club ? En milieu de saison dernière certains ont pu espérer un début de renouveau et de cohérence du projet sportif nantais avec Landry Chauvin aux commandes. Heureusement ça n’a pas duré, et c’est reparti pour un tour dans le n’importe quoi.

Le beau jeu à la nantaise est désormais à ranger dans nos souvenirs auprès des maillots Europe 1 et des moustaches des frères Baronchelli. Aujourd’hui, la priorité à la Beaujoire c’est la solidité défensive telle une digue érigée de Nantes à Montaigu.

Saviez-vous que jusqu’en Allemagne, quand on leur a parlé de Nantes, Oliver Kahn a ri.

La chanson des Kita père et fils, classes et fiers de l’être : Karen Cheryl : « La marche des machos ».

Ma vision divine : 19ème, la saison en enfer et la purge bien méritée en National pour accélérer le départ de Kita et le retour de Denoueix.

Avatar

Une sympathique mascotte barbue, cornue et vêtue d’une seyante tunique rouge et bleue. La vraie vie d’un pur Viking doué de talents inattendus qui vous fera partager ses déliriums sur Malherbe et tout le reste. Spécialiste de la pop-culture française des années 70 et 80, Michel-Thor connait par cœur la chanson "Sur des musiques érotiques" d'Herbert Léonard ainsi que son solo de saxophone.

4 Comments

Laisser un commentaire